Qui n’a jamais eu une envie irrésistible de faire une sieste pendant sa journée ? Il faut savoir que la sieste n’est pas faite uniquement pour les enfants, les retraités ou pour les vacanciers mais aussi pour les travailleurs. Et pour cause, la sieste au travail aurait plusieurs avantages tant pour l’employé que pour l’employeur. De plus en plus d’entreprises prennent consciences qu’installer un espace de repos au travail permettrait d’augmenter la créativité, la concentration des travailleurs et aussi de réduire leur stress. En bref, la sieste au travail devient une des premières préoccupations pour favoriser le bien-être des employés. 

La sieste : un sujet tabou

Il est tout à fait naturel de ne plus arriver à garder les yeux ouverts après le repas. En effet, cela s’explique par l’origine latine du mot qui signifie « la sixième heure » après le lever.

Selon une étude, 80% des salariés ressentent de la fatigue pendant leurs journées de travail mais seulement 12% des responsables sont favorables à la sieste sur le lieu de travail. La sieste est réellement un sujet tabou entre employés et employeurs car d’après certains responsables, celle-ci est souvent liée à la paresse. Les bienfaits de la sieste ne sont pas encore visibles par tous car les employeurs considèrent que le bureau n’est pas un lieu approprié au repos et la sieste est vue comme une perte de temps.

Les avantages et les inconvénients de la sieste au travail

Les avantages de la sieste au travail sont nombreux et importants. Selon une étude menée par les pilotes de la NASA, une sieste de 20 minutes pourrait améliorer les performances d’un salarié de 34% et augmenter la vigilance à 54%. Cela traduirait donc que la sieste est un avantage considérable pour l’employé et l’employeur. De plus, les deux heures qui suivent le déjeuner sont les plus difficiles pour un salarié, une sieste de quelques minutes éviterait donc de piquer du nez. La sieste au travail permettrait d’augmenter la mémoire et donc la concentration  et de diminuer le stress et les risques cardiaques. En effet, après un petit repos, les muscles sont détendus, le rythme cardiaque est stable. En diminuant le stress, la sieste diminue ainsi le risque de maladie professionnelle telle que le burn-out. Tous ces éléments sont autant avantageux pour l’employeur que pour l’employé. Il n’y a aucun texte de loi qui interdit la sieste sur le lieu de travail, il faut donc qu’un dialogue soit mis en place entre employeur et employé pour discuter de ce sujet devenu si tabou. La sieste en entreprise peut également créer des tensions entre les adeptes et les non-adeptes de la sieste. Il est donc primordial que le responsable mette en place des règles strictes autorisant ou non la pratique de la sieste au travail.

Plutôt micro-sieste ou sieste longue ?

Il faut tout de même être vigilant à la mise en place d’une politique d’encouragement des salariés à faire la sieste sur leur lieu de travail. Tout d’abord, la micro-sieste est à privilégier car les siestes plus longues ont des effets négatifs sur les salariés et le réveil est plus long car lors d’une micro-sieste on entre seulement dans un état de sommeil léger dont on en sort plus facilement. La sieste plus longue peut avoir une meilleure incidence sur la santé et la créativité mais elle est impossible à intégrer à la vie d’entreprise.